Patients

Evelyne Rousseau

Patiente cancer du sein

Evelyne Rousseau, patiente de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, cancer du seinJe m’appelle Evelyne. En ce Mois de la sensibilisation au cancer du sein, j’aimerais vous raconter mon histoire…

Chapitre 1 : Piger le mauvais numéro

Chapitre 2 : Me battre coûte que coûte

Chapitre 3 : MON hôpital m’a sauvé la vie

Chapitre 4 : Mon engagement, pour la vie!

Piger le mauvais numéro

Décembre 2020.  Je suis alors une femme d’affaires active, je m’entraîne tous les jours et mes projets s’enchaînent à vive allure. Mais cet élan s’arrête brutalement le 29 décembre, quand je remarque une bosse sur mon sein droit.

Vous savez, on entend souvent dire que notre système de santé est très lent… mais dans mon cas, tout est allé très rapidement. Beaucoup trop même! Un mois plus tard, j’ai mon premier rendez-vous à la clinique du sein de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR). On effectue une batterie de tests et le 17 février, le verdict tombe :

CANCER DU SEIN TRIPLE NÉGATIF.

Dans ma tête, ça sonne positif étant donné que c’est négatif, non? Je découvre rapidement que c’est loin d’être le cas quand il est question d’un cancer du sein un peu plus agressif.

Pendant un long moment, j’ai l’espoir que l’HMR me rappelle pour m’annoncer qu’il y a une erreur à mon dossier. Et pourtant, c’est bien moi qui vis avec ce fameux cancer qui fait peur à toutes les femmes. On connaît tous une personne qui a eu un cancer, mais on n’imagine jamais être celle qui pige le mauvais numéro… 

Me battre coûte que coûte

Revenons à l’hiver 2021 alors qu’un diagnostic de cancer du sein triple négatif me tombe dessus, comme une tonne de briques.

Dès que les professionnels de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) m’apprennent que j’ai le cancer, je pars à la recherche de femmes aux parcours similaires. Mais en parcourant les réseaux sociaux, les témoignages identifiés ne me correspondent tout simplement pas.

J’entreprends donc de documenter mon propre parcours, en partageant des photos et mes états d’âme. Les bons, comme les mauvais, je me dis que si je peux aider ne serait-ce qu’une seule personne, ma mission serait accomplie et que je ne serais pas passée à travers cette épreuve pour rien.

Car il n’est pas question que je ne passe pas au travers : j’ai LA meilleure équipe à mes côtés, à commencer par celle de l’HMR. Quand on affronte quelque chose de gros comme un cancer, notre entourage est tellement important.

Je me fais un devoir de me mettre belle tous les jours, même dans les pires moments. Car me battre en pyjama, ça ne fonctionne juste pas. Mon mari me parle tous les jours des jours meilleurs devant nous. Il dit que la pandémie est un moment parfait pour vivre un cancer : quand la vie va reprendre, ce sera également à mon tour de revivre.

Ma famille et mes proches célèbrent chacun de mes petits regains d’énergie et les étapes franchies. C’est tout ce réseau qui me permet de marcher chaque semaine vers l’HMR avec ma fameuse démarche militaire, prête à me battre.

MON hôpital m’a sauvé la vie

J’ai un lien très intime avec l’HMR. C’est l’Hôpital de mon enfance. Depuis toujours, il prend soin de mon petit frère et de mes parents. Ma nièce et mon neveu y sont également nés.

Quand le diagnostic de cancer du sein triple négatif tombe à l’hiver 2021, il n’y a aucun doute que je veux être soignée à l’HMR.

En bonne fille de la construction, je me dis que les plans, ça me connaît! Mon ami Google et moi exposons fièrement notre scénario à mon oncologue de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR). Calme et professionnelle, elle me répond qu’elle en a un plus élaboré, qui donnera de meilleurs résultats. Vous savez, quand un de mes clients ne veut pas suivre le plan que je lui propose, je ne peux pas garantir son projet. J’accepte celui de l’oncologue, sans négocier.

Les professionnels qui travaillent à l’HMR sont de véritables alliés dans ma bataille. Partout où je passe, on m’accueille avec douceur et empathie. Je me souviens même d’une infirmière qui pleure avec moi à ma première chimio... puis, qui me rassure en disant qu’elle marche à mes côtés.

Qui n’a jamais dit « on ne sauve pas des vies » dans son quotidien? À l’HMR, c’est exactement leur travail de sauver des vies. Leur dévouement et leur expertise sont admirables. Même s’il est loin d’être neuf, pour toujours, l’HMR sera MON hôpital.

Chapitre 4 : Mon engagement, pour la vie!

Aujourd’hui, je peux vous dire qu’accepter le plan de l’oncologue était la meilleure décision qui soit : j’ai terrassé ce satané cancer du sein triple négatif! En juin dernier, j’ai pris mes derniers médicaments. Toute cette histoire est derrière moi et devant, il y a la VIE! Si je suis passé au travers, c’est qu’il y a eu tout un réseau pour m’entourer. Et des soins exceptionnels offerts à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR).

Pour exprimer ma reconnaissance, je veux redonner à l’HMR, par le biais de sa Fondation. Je fais d’ailleurs partie du comité ambassadeur d’À Votre Santé!, l’un des événements-bénéfice de la Fondation HMR.

J’ai également mis sur pied le mouvement « Forte comme elle », pour redonner à ma façon. Pour moi, c’était une façon d’expliquer que lorsqu’on est atteint d’une maladie, notre seule option, c’est d’être fort. On n’a que le mental pour se battre alors c'est important d'avoir un point de référence, une inspiration, quelqu'un qui l'a fait avant soi. Chacun peut se l’approprier à sa guise.

Dans l’adversité, même si l’on ne voit que l'angle de la pente, il faut savoir que la montagne peut être gravie, car d’autres sont déjà en haut. Des gens comme moi qui profitent de la vue. Qui profitent de la vie!

Avec le mouvement « Forte comme elle », j’amasse des fonds pour contribuer au projet d’agrandissement du Centre de soins ambulatoires en cancérologie de l’HMR. Pour donner de l’espoir aux femmes et aux hommes qui auront à lutter contre la maladie.
Vous pouvez, vous aussi, avoir un impact durable dans la recherche et l’amélioration des soins offerts aux patients de l’HMR. Je suis la preuve vivante que les dons font une différence.

À l’occasion du Mois de la sensibilisation au cancer du sein, témoignez votre solidarité aux femmes et aux hommes qui vivent avec cette terrible maladie. Donnez généreusement à la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et participez ainsi au projet d’agrandissement du Centre de soins ambulatoires en cancérologie de l’HMR.

Je suis solidaire des patients comme Evelyne