Donateurs

Denyse Pharand-L’Écuyer et Bernard L’Écuyer

Patients de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont et donateurs

Photo de Bernard L'Écuyer et Denyse Pharand-L'Écuyer

Bernard L'Écuyer et son épouse, Denyse Pharand-L'Écuyer, ont décidé d'investir dans la communauté.

Investir dans le bien-être de sa communauté

Contribuer au bien-être de sa communauté de manière durable et marquante. Voilà ce qui motive et rend heureux Denyse Pharand-L’Écuyer et Bernard L’Écuyer1, tous deux à la retraite depuis quelques années déjà.

« Lorsque l’on avance en âge, notre point de vue change », confie Bernard. « Tout ce que tu as fait dans ta vie est derrière toi. Après les voyages, les maisons, les objets et tout cela, il faut trouver des projets pour vivre et continuer de se sentir utile. On veut donner un sens additionnel à sa vie et laisser une marque. »

Le couple s’informe donc de la possibilité de faire un legs testamentaire et décide de donner un pourcentage de son patrimoine à deux organismes dont les causes leur tiennent à cœur : la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) et le Jardin botanique de Montréal.

« Nous avons choisi le domaine de la santé et la Fondation HMR en particulier, parce que c’est une organisation crédible et solide », explique Bernard. « L’HMR fait partie de notre communauté et rayonne au travers des bons soins qui y sont offerts à tous. C’est maintenant à nous, résidents de l’Est de Montréal et d’ailleurs, de rendre pérenne cette bonne œuvre, de faire notre part et de donner l’exemple. »

Bernard et Denyse ont attribué leur legs à la recherche en ophtalmologie, domaine dans lequel l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont excelle. « Nous nous sommes tournés vers ce qui nous a handicapés dans notre vie et notre bel-âge, tout simplement parce que nous comprenons bien la souffrance que causent ces maladies », mentionne Denyse. Le couple tenait également à ce que leur don testamentaire ait un impact durable et contribue à sauver la vie et maintenir la qualité de vie du plus grand nombre de patients possible, ce que Bernard appelle l’effet multiplicateur maximum.

Par ce geste, Denyse Pharand-L’Écuyer et Bernard L’Écuyer ont créé un legs significatif qui contribuera à faire avancer la recherche et à donner de l'espoir, et qui se traduira par des effets bénéfiques concrets et durables pour notre communauté tout entière et au-delà. La Fondation HMR est profondément honorée d'être bénéficiaire de ce don attentionné et visionnaire.

« Cela fait du bien à l’âme et c’est incroyablement valorisant de voir sa contribution reconnue et de pouvoir en mesurer les effets de notre vivant», admet Bernard. « Faire ce legs maintenant ne nous empêche pas de vivre et la Fondation HMR a été d’une aide précieuse, et elle s’occupera de la succession le moment venu. Tout le monde y gagne! »

Photo du mur des donateurs de la Fondation de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Une feuille a été ajoutée au mur des donateurs, situé à l’Espace Fondation dans l’aile du Pavillon J.A. De Sève à l’HMR, afin de reconnaître la générosité et l’engagement des L’Écuyer et ce, de leur vivant. Une forme de reconnaissance qu’ils apprécient grandement.

La générosité de Denyse et de Bernard ne s’arrête pourtant pas là. Quelques mois plus tard, lors d’une visite du Centre universitaire d’ophtalmologie de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, le couple apprend que la plus haute priorité du service est l’acquisition d’un appareil d’imagerie dont l’impact serait énorme sur la santé de milliers de québécois. Denyse et Bernard n’hésitent pas et décident de compléter le financement gouvernemental par un généreux don unique pour permettre au service d'ophtalmologie d’acquérir cet outil vital sans tarder.

Cet appareil d’imagerie de pointe facilite l’examen de la rétine et contribuera à améliorer la détection des pathologies, la gestion des maladies et le flux des patients. Il s’avérera essentiel au dépistage précoce et au diagnostic précis d’un grand nombre de maladies oculaires, dont la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

« Cet appareil va durer dix ans et aidera à poser des diagnostics plus rapidement avec plus de précision, ainsi qu’à traiter davantage de patients souffrant de troubles oculaires », indique Denyse. « Il permettra de détecter les problèmes, comme le glaucome, la DMLA et les cancers de la cornée, plus tôt et donc d’agir avant qu’il ne soit trop tard. »

L’appareil permet également d’obtenir d’importantes données cliniques, qui serviront à la création d’une base de données centralisée des patients avec des problèmes de la rétine. Cette base de données sera accessible à tous les médecins et les chercheurs, contribuant ainsi à l’avancement des soins et de la recherche pour le bénéfice de tous les patients.

« Il faut recycler l’argent pour un maximum de bien-être, et le réinvestir en santé dans des outils de pointe », souligne Bernard. « Cela peut sauver des vies, réduire les handicaps dégénératifs, et embellir des fins de vie qui, autrement, peuvent se transformer en une sorte de torture journalière. »

« Nous investissons pour donner à l’HMR et ses équipes les meilleurs outils. C’est notre façon à nous de montrer qu’on vous aime », renchérit Denyse. « Chaque plaque de reconnaissance affichée dans l’hôpital ou sur un appareil médical est une source de bien-être pour les membres du personnel qui peuvent ainsi voir, tous les jours, les bienfaits concrets du soutien des gens de la communauté et l’importance qu’ils occupent dans leur vie. »

À ce titre, le don des L’Écuyer a des retombées inestimables pour l'HMR et pour l'ensemble de notre communauté. Il soutient et renforce notre engagement envers l'amélioration de la qualité de vie et des soins pour un segment de la population extrêmement vulnérable et à très forte croissance.

« Offrir une meilleure fin de vie à nos aînés et à nous-même. Pour nous tous, lorsque ce sera à notre tour et même avant. On se le doit! », conclut Bernard.

 

1 Denyse Pharand-L’Écuyer et Bernard L’Écuyer n’ont aucun lien de parenté avec le porte-parole de la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Patrice L’Écuyer.