Thérapie cellulaire : don de 10 000 $ pour la recherche

Photo de Daniella De Santis, Julie Desharnais et Sonia Sardelli

Daniela De Santis, Julie Desharnais, directrice générale de la Fondation HMR, et Sonia Sardelli

Cofondatrice de la Fondation pour l’enfance Vita, Daniela De Santis nous explique pourquoi elle a choisi de soutenir la thérapie cellulaire et la lutte contre les cancers pédiatriques.

Quelle est la mission de La Fondation pour l’enfance Vita?

Daniela De Santis : La Fondation pour l’enfance Vita est une organisation à but non lucratif. Sa mission est de collecter des fonds pour soutenir la recherche et les soins en oncologie pédiatrique. Son but est d’aider les enfants et les adolescents vivant avec le cancer et luttant contre celui-ci.

Quelle est son origine?

Daniela : La Fondation a été officiellement créée en 2002, un an après que mon fils, Gianluca, ait reçu un diagnostic de leucémie. Il n’avait alors que deux ans et nous étions, mon mari et moi, témoins de ce que les enfants atteints de cancer devaient endurer pour avoir une chance de vivre. Inspirés par leur courage et leur bravoure, nous avons décidé de faire notre part pour les aider dans leur combat contre cette terrible maladie.

À cette époque, le directeur du Service d’hématologie-oncologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants nous a dit qu’il avait besoin de fonds pour rénover l’étage où l’on soigne les enfants touchés par le cancer. Mon fils allait mieux et n’était plus hospitalisé sur de longues périodes. J’avais arrêté de travailler pour m’occuper de lui, mais là j’avais plus de temps et je me suis demandé ce que je pouvais faire pour aider l’hôpital. Nous avons donc créé la Fondation pour l’enfance Vita et proposé d’organiser un gala afin de recueillir des fonds pour le projet de rénovation.

Quelle forme a pris l’événement?

Daniela : En 2003, nous avons donc organisé notre première soirée-bénéfice. Elle a réuni 700 personnes et permis de récolter plus de 40 000 $.

J’ai adoré m’occuper de ça. Mon fils était toujours suivi au Children’s pour ses traitements et m’occuper de cet événement me permettait de me sentir utile. J’ai donc renouvelé l’opération en organisant d’autres événements, dont des tournois de soccer avec l’Association de soccer Saint-Léonard. Finalement, nous avons fait un don de 100 000 $ au Children’s pour le projet de rénovation de l’aile des enfants atteints de cancer. Une chambre a même été identifiée au nom de la Fondation. J’ai ensuite repris mon travail et pris une pause.

Qu’est-ce qui vous a poussé à recommencer?

Photo de Gianluca à l'âge de deux ans et aujourd'hui

Gianluca à l’âge de deux ans et aujourd’hui

Daniela : Mon fils, qui a aujourd’hui 21 ans, m’a incité à reprendre le flambeau, mais seule ce n’était pas possible. Heureusement, mon amie Sonia Sardelli a proposé de m’aider. En 2019, nous voulions organiser une soirée sur le thème de La Dolce Vita de Fellini. On a travaillé très, très fort.

Les gens ne l’imaginent pas forcément, mais concevoir et proposer un événement prend énormément de temps (comptabilité, organisation, création, communication, etc.). Nous avons vendu 400 billets. On a eu des commandites et des dons. La soirée devait initialement avoir lieu le samedi 14 mars 2020, mais la pandémie, nous a obligés à la reporter. Nous pensions pouvoir l’organiser en mars, cette année, mais ce n’a pas été possible. Comme nous avions déjà émis des reçus d’impôt pour l’année 2020, nous avons décidé de faire un don à la Fondation HMR tout de suite.

 

Pourquoi avoir choisi la Fondation HMR?

Sonia Sardelli : Nous habitons dans l’Est de la ville, à Saint-Léonard, et nous voulions appuyer un centre de recherche proche de notre quartier, de notre communauté, ce qui est le cas de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, ancré dans l’est, et de sa fondation. Nous voulions aussi financer des projets de recherche liés aux cancers pédiatriques, puisque c’est la mission première de notre Fondation.

Nous avons entendu parler du Centre d’excellence en thérapie cellulaire et des travaux du docteur Denis-Claude Roy. Nous l’avons visité et rencontré Ludmila Rozmiret, directrice, Partenariats et relations avec les donateurs. Elle nous a aussi parlé des travaux de la docteure Josée Hébert, directrice et fondatrice de la Banque de cellules leucémiques du Québec, qui mène des recherches contre les leucémies aiguës des enfants et des jeunes adultes. Nous avons été séduites et avons annoncé à nos donateurs que nous financerions les recherches de ces deux médecins.

En octobre 2001, notre fils, alors âgé de deux ans, a reçu un diagnostic de leucémie lymphoblastique aiguë, la forme la plus courante de cancer pédiatrique. Aujourd’hui, 18 ans plus tard, grâce aux progrès de la recherche et du traitement de la leucémie, Gianluca est un jeune homme heureux et en bonne santé qui profite pleinement de la vie.Daniela De Santis et Danny Adornato

> Visitez le site de la Fondation pour l’enfance Vita

 Logo de la Fondation Vita pour l'Enfance

Ces sujets pourraient vous intéresser